Bardolino Giovanna Tantini 2018

Changeons un peu de coin et direction le Veneto aujourd’hui, et plus précisément la rive Est du Lac de Garde avec ce joli Bardolino 2018. Bardolino c’est une appellation de vins rouges, à base de cépages typiques de la province Vérone: Corvina, Rondinella, Molinara. On est tout près de la zone de la Valpolicella, dont je vous avait parlé dans cet article sur l’Amarone. Mais si l’on retrouve des cépages communs, le territoire et les vins sont vraiment différents, ces derniers misant davantage sur le fruit et la fraîcheur.

La zone de production de la DOC Bardolino jouit d’un micro-climat quasi méditerranéen. Outre la vigne, on cultive aussi les agrumes ou les oliviers, véritable étrangeté lorsqu’on pense qu’on est si proche des Alpes. On a donc des hivers relativement doux, mais les étés ne sont pas non plus torrides, le lac jouant son rôle de mitigeur du climat. Les vignes sont situées sur de douces collines, à des altitudes qui varient d’environ 100 à 250 m au dessus du niveau de la mer. Je rappelle que l’intérêt de la production de vin dans des zones collinaires est double: excursions thermiques et optimisation de l’ensoleillement, qui favorisent une maturité équilibrée des raisins (arômes, sucre, acidité). Pour terminer le cadre global de la dénomination, les sols sont souvent composés de graviers et de cailloux, qui permettent un bon drainage de l’eau, ce qui est positif dans la mesure où le stress hydrique permet la productions de raisins de bonne qualité et par conséquent de vins biens concentrés en arômes.

Passons à la dégustation de la bouteille du jour. C’est un assemblage Corvina-Rondinella. Toute la vinification et l’élevage du vin sont réalisés en cuve inox pour préserver la pureté du fruit. Il est mis en commercialisation plus d’un an après la vendange (on trouve donc en ce moment le millésime 2018), afin de s’assurer que le vin ait bien trouvé son équilibre quand il est proposé aux consommateurs. Au nez, c’est vraiment tous fruits dehors. Cerise, framboise, mûre, fraise, groseille. On dirait le sachet de fruits rouges surgelés Picard. Ce qui est joli, c’est l’impression d’une parfaite maturité des fruits. Mûrs, juteux mais encore acidulés. On distingue aussi une légère note lactée (due à la fermentation fermentation malolactique), un peu comme un yaourt grec et des soupçons de poivre et de clou de girofle. C’est franc, direct et efficace. Ça sent bon et ça donne envie.

En bouche on retrouve bien cette gourmandise du fruit. Les tannins sont très délicats, l’acidité guillerette, et le final joliment fruité, entre la fraise et la légère amertume du noyau de cerise. Ce n’est pas un grand vin rouge imposant, puissant, compliqué. C’est le parfait vin de tous les jours, celui que tu voudrais trouver dans une trattoria comme vino della casa. Parce qu’il est bon, qu’il est facile à boire en toute saison, qu’il est simple mais pas simpliste et parce qu’il est tout terrain à table (planche de charcuterie, viande blanche, certains poissons, pasta…). Et il coûte moins de 10 euros (vu sur callmewine à 8 euros 80).

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s