Azienda agricola San Giovanni, Benvenuti au paradis

Il y a quelques mois, précisément à la fin du lockdown, on avait décidé de profiter de notre liberté retrouvée pour aller passer quelques jours dans le Cilento, au sud de la Campanie. A Castellabate plus précisément. Une région extraordinaire, entre mer et montagnes, encore peu connue des touristes étrangers.

la montagne
la mer
la plage

Et évidemment, quand je pars en weekend, j’en profite pour aller à la rencontre de vignes, de vins et de vignerons. Et là je dois dire qu’on est tombée sur une merveille. Merveille de vigne et merveille de vins.

la vigne

Non mais regardez moi cette vigne, vue sur la mer et l’île de Capri. Alors certes le paradis n’est pas facile à trouver, google map n’est pas d’une grande aide en l’occurrence. Mais après quelques coups de fils et quelques frayeurs sur les routes nous arrivons finalement au domaine.

Ici c’est le rêve d’un couple qui souhaitait vivre en harmonie avec la nature qui s’est réalisé. Mario et Ida se sont installés dans les années 1990 dans cette propriété de famille, et ont décidé d’y faire du vin. Au départ, pas d’électricité, pas de téléphone. Et puis au fil du temps, l’activité s’est développée. Quelques hectares plantés des cépages locaux: fiano, trebbiano et greco en blanc, aglianico et piedirosso en rouge, 20 000 bouteilles produites par an. Des vignes traitées uniquement avec un peu de souffre et de cuivre, la certification biologique en cours (à la demande de leur importateur américain, le label n’est pas important pour eux). Les vins sont en IGP Paestum et non DOC Cilento quand bien même ils le pourraient (pas envie de se coltiner trop de problèmes avec la bureaucratie). Dans la micro-cave, quelques fûts de second et troisième passage pour les rouges et des cuves inox pour les blancs. Ici tout est cohérent avec ce choix de vie. La simplicité, l’indépendance, la démarche artisanale. Il est possible de leur rendre visite soit pour déguster un verre de vin, soit pour loger, une partie de la maison ayant été transformée en agritourisme.

Y’a pire terrasse pour boire un verre

Quelques mois plus tard, on décide de déboucher les bouteilles achetées directement chez eux. Trésinus 2018 et Auréus 2016. 2 fiano, de la même vigne (celle de la photo). Mais deux démarches de vinification différente. Trésinus est affiné en vasque d’inox puis 5-6 mois en bouteille. En revanche, Aureus est affiné pendant 2 ans en vasque d’inox, mais est soumis au bâtonnage. Le bâtonnage est une technique très utilisée pour la production de certains vins blancs bourguignons. Il s’agit de remuer le vin pour le mettre en contact avec les lies (levures mortes suite à la fermentation) qui sinon se déposent au fond. Pour comprendre allez voir par là: https://www.youtube.com/watch?v=g-7bTxrX0dY. L’objectif: une complexification des arômes et un corps plus important du vin, une sensation de vin qui prends plus de place en bouche, qui pèse davantage.

Le résultat est très intéressant. Outre le fait d’avoir des vins tous les deux absolument délicieux, ils sont totalement différents.

Tresinus 2018

Trésinus est un Fiano solaire, parfaitement méditerranéen, avec ses arômes de fruits jaunes bien murs et de plantes de maquis (genêt, thym notamment). Le nez reste élégant, sans exubérance. En bouche il est pulpeux, juteux, mais parfaitement sec, soutenu par une belle acidité et un long final salin. L’alcool est présent mais sans excès (13,5%), il apporte ce qu’il faut de chaleur au fond de la gorge. Soleil et fraîcheur à la fois. Une pêche bien mûre après un bain de mer en méditerranée, quand on a les lèvres encore un peu salées. Pour le napolitain, il évoque l’odeur de la peau qui sèche et se réchauffe au soleil après ce même bain de mer. Est-ce parce que nous avons vu où pousse la vigne que la puissance d’évocation est si forte, ou bien le vin se suffirait-il à lui-même pour convoquer ces images de ciel et de mer qui se fondent, ces odeurs de brise marine et de soleil resplendissant? Probablement oui, mais il me semble tout de même que ce vin raconte parfaitement son terroir. On le boirait avec quoi? Des gros gamberoni grillés, il a les épaules pour se frotter à la chair dense et goûteuse du crustacé.

Aureus 2016

Auréus en revanche est un fiano déjà évolué (vendange 2016). On retrouve l’identité de cette vigne, mais avec un profil plus terrien, dû à l’évolution du vin et au bâtonnage. Le vin a une superbe couleur dorée. Les fruits mûrs se sont enrichis de fruits secs (noisette), l’autolyse des levures a produit ces arômes fermentaires de pâte à pain. Il est plus automnal, plus méditatif, plus complexe. L’acidité et la salinité sont toujours là, mais la fraîcheur du fruit s’est un peu estompée. Il me donne des envies d’épices douces, de courges et de châtaignes. J’ai presque envie d’être à noël et de le boire avec un chapon et des marrons.

Bon en vrai ce sont des vins difficiles à trouver, même ici. Peut être que quelques sites de vente en ligne les distribuent. Sinon tentez votre chance directement auprès d’eux, ou mieux, lors de votre prochain voyage en Italie prévoyez une étape dans le Cilento.

Sede a Santa Maria di Castellabate (Sa) – Contrada Punta Tresino
Tel. 0974 965136 – Fax 0974 2754259
info@agricolasangiovanni.it  – www.agricolasangiovanni.it

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s