Vino da uve surmature, cantina ‘A Vita

Alors ça c’est la claque. C’est bizarre, inattendu, original et tellement bon. C’est un vin qui n’est pas fait tous les ans, seulement quand certains raisins sont trop mûrs pour entrer dans la vinification des vins rouges. C’est du Gaglioppo de raisins surmatures (pas une vendange tardive), vinifié en blanc (sans contact prolongé avec les peaux), moelleux (28 g de sucre résiduel), élevé en barrique en mode oxydatif. Les vins oxydatifs, ce sont par exemple les Madères, les Jerez ou encore les Vins Jaunes du Jura. Pendant le processus d’élevage en barrique, une partie du vin s’évapore. Mais au lieu de remettre du vin dans la barrique (ouiller) pour éviter que le vin ne soit en contact avec l’oxygène, le vigneron décide délibérément de laisser le vin comme ça au contact de l’air. Et se forme alors le voile, c’est à dire une couche de levure protectrice qui évite que le vin ne se transforme en vinaigre, tout en développant des arômes très particuliers de noix, de curry (qui en général sont assez clivants, moi j’adore).

Ici le vin est ambré, son nez est magnifique. J’y sens la pomme confite, comme une tarte tatin, le coing, les écorces d’agrumes confits, la vanille, la noix de muscade, et puis la noix, la noisette, le curry. C’est complexe au sens où dès qu’on remet son nez dedans on y trouve une nouvelle facette. En bouche, on retrouve cette complexité. Je dirais que c’est un vin multi dimensionnel. Ça attaque par l’acidité, ça se réchauffe par le sucre et l’alcool, et ça se termine par un long final salin. C’est hyper savoureux. Il y a un fruit toujours éclatant en bouche malgré le sucre et l’oxydation. Franchement, si je ne me raisonne pas je finis la bouteille toute seule, ivre (17° quand même) et triste parce qu’il n’y en a plus. L’avantage de ce vin, c’est qu’étant déjà oxydé, il ne bouge pas. Vous pouvez l’ouvrir, vous servir un petit verre comme on prendrait un carré de chocolat noir, savourer, mettre la bouteille dans un endroit inaccessible pour ne pas y toucher et en reprendre un le lendemain où quelques jours plus tard. Pour l’accord, je dirais tout seul comme une gourmandise qu’on s’accorde, ou à essayer avec un fromage à pâte persillée (il ne me reste plus qu’à me mettre en quête de roquefort). Bon par contre, c’est introuvable. La production est ridiculement petite (400 bouteille) et ça n’est en vente qu’au domaine. Mais au cas où vous passeriez par là…

Pour un compte rendu de la visite au domaine et un topo sur l’appellation, c’est par ici.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s